vendredi 21 février 2014

Voyage en Bolivie partie 2 : La paz



Après quelques temps passés à la Senda verde à s’occuper d’animaux, place aux réunions et à l’administratif dans le froid de La Paz !
Ce court séjour dans la capitale doit être mis à profit pour présenter et promouvoir le projet ainsi que s’informer sur divers thèmes, notamment celui du choix entre le statut d’association et celui de fondation pour l’organisme que nous voulons créer en Bolivie.
Ce dernier point est spécialement important car il va grandement influer sur notre projet dans le futur. Pour prendre la meilleure décision, le mieux est de rencontrer le maximum de professionnels pour en discuter.

DGB

 La DGBAP (Direction Générale de la Biodiversité et des Aires Protégées), plus communément appelée la DGB, est l’organe du ministère de l’environnement (MMAyA) dont dépendent tous les refuges et zoos du pays. Nous avons de bons contacts avec eux depuis l’année dernière, une visite pour présenter les changements dans notre projet s’imposait donc.

Je me suis entretenu avec Angela Nunez, notre contact de l’année dernière et  n°2 de la DGB. Nous avons discuté de ce que nous voulons mettre en place, du projet de loi sur l’environnement écrit par ses soins et de la situation actuelle des refuges et zoos boliviens.
Lorsque la discussion est arrivée sur le sujet du choix entre association ou fondation, l’avocat de la 
 DGB nous a rejoint. D’après lui, créer une fondation serait le plus avantageux, le modèle associatif devenant de plus en plus surveillé et réglementé car nombres d’entre elles ayant en fait un but purement lucratif. Nous avons également pu échanger sur le thème d’achat de terrain, l’autre priorité de ce voyage sur le terrain.

Il était prévu que Mme Nunez m'accompagne à l'office de l'Estacion Biologica del Beni (le parc national qui nous intéresse pour notre projet). Malheureusement, de graves inondations sévissent actuellement dans le pays, notamment dans cette région. Tous les membres de l'office de La Paz sont partis aider leur région, nous avons donc remis cette réunion tripartite à plus tard.
 

ZOOLOGICO VESTY PAKOS DE LA PAZ


L’année dernière, j’avais participé à une formation au zoo de La Paz lors de laquelle Fidel Fernandez, le vétérinaire en chef, m’avait invité à intervenir à l’université d’El Alto. Pour entretenir ces bonnes relations, je suis retourné au zoo.
Ce fut l’occasion d’avoir une visite guidée par la biologiste en charge de l’enrichissement (qui est également une amie de l’an passé). Devant chaque cage, nous avons échangé nos idées et expériences sur ce point ou encore sur l’agencement intérieur.
En comparaison aux autres zoos du pays, le zoo de La Paz dispose de cages spacieuses pour la plupart et les animaux sont bien suivis. De plus, on ressent vraiment une envie de progresser.
Ce qui est intéressant dans ce zoo, c'est qu'il ne présente que des espèces boliviennes à l'exception des lions. Cela permet aux visiteurs de prendre conscience de l'incroyable biodiversité présente dans ce pays.






                                                    L'enclos à ours et l'un de ses habitants

Viscache

La dangeureuse cascabel (crotale)

                                                                       Un alpaga et des guanacos



Ce fut une journée très enrichissante. De plus, Mr Fernandez m'a sollicité pour une nouvelle intervention à l'université, les retours des étudiants sur celle de l'an passé ayant été très positifs. Ce serait effectivement très intéressant, nous avons convenu d'en reparler prochainement.
Encore mieux, je retournerai au zoo le 18 mars pour construire l'intérieur de la cage du chat de Geoffroy ou du margay (petits félins). Ces cages de taille correcte sont plutôt vides et mal exploitées, je vais donc agencer l'une d'elle avec un employé du zoo. Il pourra ensuite travailler dans les autres cages pour offrir un espace plus adapté à certains pensionnaires.

                 

                                      video


SERVICIO DE IMPUESTOS NACIONALES


Pour avoir une opinion sur le thème fiscal en ce qui concerne le statut d'association ou de fondation, j'ai rencontré un avocat du Service des Impôts National. C'est grâce à une amie que j'ai eu ce contact, ce qui a permit de faciliter les choses et d'avoir une discussion plutôt informelle (ce qui permet d'aller tellement plus loin).
Après avoir bien analysé notre projet, il nous a conseillé d'opter pour une association couplée avec une SRL (Société de Responsabilité Limitée). L'entreprise s'occupant des ventes de produits ou de services tandis que l'association gère le centre animalier et peux recevoir des donations.
Il nous a également donné de précieux conseils sur toutes les étapes à franchir et la gestion de ces deux entités.
L'autre avantage de cette formule est que la création d'une entreprise dont je serais l'associé me permet d'obtenir un visa nécessaire pour être en mesure de fonder une association ou une fondation.

Le premier avocat m'avait dit d'opter pour une fondation, le second pour une association et une SRL, pas facile de s'y retrouver... Toutefois, celui du service des impôts est plus spécialisé dans le domaine et a plus pris le temps d'écouter nos besoins.


SERNAP (Servicio Nacional de Areas Protegidas)

Grâce à Ivan, le vétérinaire de la Senda verde, j'ai eu la chance de rencontrer David Koop, biologiste qui occupait le poste d'Angela Nunez à la DGB précédemment.  Il travaille désormais à la SERNAP et connait donc parfaitement les parcs nationaux et autres aires protégées départementales.
Cette entrevue fut plus qu'intéressante, nous avons abordé énormément de sujets, des régions où commencer notre projet à comment acheter un terrain en passant par le thème de la sensibilisation.
Il nous a également conseillé d'opter pour le modèle association / entreprise grâce à son expérience des refuges animaliers.
Il va nous mettre en contact avec d'autres personnes de la SERNAP qui peuvent nous aider ainsi qu'avec le gérant du parc national de l'Estacion Biologica del Beni en plus de nous faire parvenir des documents sur les refuges animaliers et la sensibilisation.
Cette discussion m'a vraiment enchanté ainsi qu'appris beaucoup de choses, j'espère pouvoir le revoir prochainement.

DIVERS

A part ces réunions, j'ai passé du temps (beaucoup de temps) à attendre dans divers services d'administration pour avoir un maximum d'infos sur les papiers et conditions requis(es) pour fonder une association, une fondation ou obtenir un visa.
Une chose est sure, l'administration française n'est pas la seule à avoir quelques lacunes :)

En conclusion, le modèle association / SRL a pris de l'avance mais nous voulons encore rencontrer des professionnels pour nous décider. Nous connaissons encore plus en détails le thème d'achat de terrain et avons des contacts pour nous orienter dans notre choix.

AUTRES PHOTOS DU ZOO (pour égayer un peu cet article bien sérieux...)




                                     

                                     
                                     video

La prochaine étape du voyage est le centre Taricaya au Pérou, un centre qui relache des singes araignées, ça promet d'être intéressant!

Grégory

1 commentaire:

  1. Génial Greg ! Ton implication est sans faille et ça fait plaisir de constater que les jalons se posent petit à petit et que tu commences à voir plus clair dans le statut à adopter. Le chemin est encore long mais je suis certain que tu arriveras au bout avec tout le succès que ce projet mérite. Encore bravo et même si tu nous manques profites un max !! Cédric L.

    RépondreSupprimer